Flash Sale! to get a free eCookbook with our top 25 recipes.

Immobilier en Belgique : conseils d’investissement

Investir dans l’immobilier en Belgique, c’est se rassurer avec un patrimoine enrichi et une amélioration du capital au fil des années. En effet, le secteur de l’immobilier constitue une valeur refuge et il est possible d’appliquer certaines astuces pour éviter un investissement à risque et faire fructifier ce placement dans les meilleures des conditions.

Immobilier en Belgique : budget, choix du quartier et type de bien

Pour garantir la réussite de votre investissement immobilier en Belgique, commencez par déterminer le budget alloué à ce projet. Ensuite, visez essentiellement les quartiers en développement afin de garantir que l’appartement ou la maison achetée trouvera facilement des acheteurs ou des locataires. Pour y arriver, n’hésitez pas à multiplier vos recherches et informez-vous sur les régions et les quartiers à forte potentialité en termes de progrès tout en offrant un bon rapport quartier/prix.

Et tant qu’à investir dans l’immobilier en Belgique, pourquoi ne pas se tourner vers les nouvelles constructions ? Comparés aux anciennes bâtisses à rénover, les biens neufs offrent l’avantage d’une qualité énergétique normalisée très appréciée pour réduire les charges des locataires, et ceux-ci pourront les calculer à l’avance pour mieux les inclure dans les charges mensuelles du ménage.

D’autant plus que les matériaux utilisés pour construire le bâtiment vous donnent de nombreuses années de répit sans que vous ayez à vous soucier de travaux de réparation ou d’entretien, ce qui est rarement le cas avec les maisons anciennes où vous allez devoir faire des réparations régulières malgré une baisse des loyers sur le long terme.

Parler de rentabilité avec l’immobilier belge

Le calcul de la rentabilité constitue une étape cruciale au sein de la démarche nécessaire pour investir dans l’immobilier en Belgique comme dirait tout bon gestionnaire locatif. Parmi les données à prendre en compte, vous allez prévoir un loyer à percevoir et le comparer avec le prix d’achat du bien, tout en incluant les frais indispensables comme les frais de notaire, sans oublier le coût des travaux que vous allez devoir réaliser à moyen terme dans chaque appartement et dans tout l’immeuble. Après avoir effectué le calcul, si vous obtenez un rapport nettement supérieur à 4.5 %, vous pouvez déjà être fier de votre placement.

En cas de revente du bien immobilier, n’oubliez pas de vous renseigner sur la taxe sur la plus-value. En tenant compte de la différence entre le prix d’achat et le prix de revente, l’impôt s’élèvera à 16,7 % pour une revente effectuée en moins de 5 ans, et une hausse de 25 % est à prévoir dans la première année. Pourtant, si vous attendez que ce délai de 5 ans soit passé, vous n’aurez pas à payer de taxe sur la plus value.