Les rackets sur les chantiers à Marseille : un véritable fléau qu’il faut combattre

0

Récemment, un procès très symbolique s’est tenu à la barre de Marseille et concernait un phénomène que l’on évoque régulièrement dans les quartiers nord de la ville : les rackets sur les chantiers. Il s’agit du procès de neuf personnes qui ont été interpellées suite à des accusations d’extorsions de contrats à de grands noms du BTP. C’est un procès qui a fait beaucoup de bruit dans la ville phocéenne, car il s’agit d’une pratique très répandue. Le procureur a requis un emprisonnement allant jusqu’à 7 ans dont 5 ans fermes, en lançant « la paix sociale ne s’achète pas ».

rockets

Des spécialistes du racket

Que ce soit des menaces armées, les incendies d’engins de BTP, les chantiers bloqués…, les techniques utilisées sont nombreuses pour mettre la pression sur les entreprises chargées de la construction de grands chantiers dans la ville phocéenne, notamment dans les quartiers nord. Dès lors, les conditions de travail deviennent tellement difficiles que les entreprises ne veulent plus revenir pour des projets dans la zone. Sur le banc des accusés, on a souvent tendance à justifier ces actes par les origines sociales modestes afin d’instrumentaliser une population qui n’en demande pas tant. Selon le magistrat en charge de l’affaire, on n’avait pas vraiment besoin de tout cela.

En ce sens, les peines les plus lourdes ont été requises contre Rafik Zeroual, le gérant de la société de télésurveillance et de gardiennage Marseille. L’homme parvenait, en effet à en tirer entre 7000 et 8000 euros par mois.

La même réquisition avait aussi été faite pour les deux autres hommes de main présumés, un de 41 ans et un autre de 39 ans.

La quatrième personne est considérée comme une pièce essentielle du système et avait pour rôle de pratiquer habituellement la menace et la pression. Une peine de 5 ans de prison ferme avait été requise contre elle.

Le racket : un défi sécuritaire incontournable à Marseille

Pour parvenir à sécuriser entièrement la ville de Marseille, il faut faire en sorte d’éradiquer cette activité criminelle qui gangrène le développement économique de certaines zones de la ville. En effet, de nombreux projets dans les quartiers du nord ont été stoppés ou n’ont pas pu être réalisés à cause de ces activités de rackets en bande organisée. Bien que la situation ait sensiblement évolué ces dernières années, il faut dire que certains efforts doivent être faits pour éradiquer cette pratique.

Partager.

Les commentaires sont fermés