Déménagement : comment aider mon chat à intégrer un nouveau territoire ?

0

Vous êtes propriétaire d’un chat et vous devez changer de lieu d’habitation prochainement ?

Comment procéder afin que votre chat s’intègre rapidement dans son nouvel environnement ?

Image1 (1)Pas facile pour un chat de changer d’habitation de but en blanc ! Et surtout si celui-ci a toujours vécu au même endroit depuis son plus jeune âge, alors comment faire pour que le transfert se passe le mieux possible ?

Le félin trouve son équilibre psychique et émotionnel dans un environnement qu’il maîtrise au millimètre près grâce à ses nombreux marquages olfactifs sur le mobilier et les personnes vivant au sein du foyer. Il délimite à l’intérieur de son habitation plusieurs zones :

  • Le champ d’activité qui peut-être en extérieur comme en intérieur : grand espace délimité par des spots urinaires chez le chat ayant accès à l’extérieur (position debout, la queue est dressée et raide, jet d’urine sur une surface) qui lui sert d’espace de jeux, de chasse, de promenades, de reproduction. Cet espace peut être partagé avec d’autres congénères.

 

  • Le champ d’isolement : c’est l’espace où le chat va se reposer, s’isoler des autres afin d’être tranquille. Cette zone est également considérée comme un refuge lorsque le chat est malade et souvent situé en hauteur afin de ne pas être dérangé. On repère le secteur d’isolement grâce à des griffades faites en surface verticale ainsi que des marquages urinaires indiquant aux congénères qu’ils ne sont pas les bienvenus. (Il peut y avoir des exceptions avec des chats ayant été élevé ensemble).

 

  • Image2 (1)Le champ d’agression : c’est une zone qui déclenche une agressivité chez le chat lorsqu’un individu y pénètre, aussi bien un humain qu’un congénère. Cet espace n’est pas marqué olfactivement, mais peut varier suivant l’état émotionnel du chat (chez un chat équilibré, l’agression est sur le corps de la victime, en général les mollets ou les chevilles pour un humain/ chez un chat présentant des troubles émotionnels, le déclenchement de l’agressivité peut se faire à distance, souvent par peur*, pour cause territoriale** ou par irritation***). Il est donc important de tenir compte de ce champ d’agression afin d’éviter d’y pénétrer sans précaution pour nous humains.

*L’agression par peur : Ce sont des agressions violentes qui ont lieu lorsqu’un chat est en situation fermée, sans possibilités de fuite, face à une situation oppressante pour lui.

** L’agression territoriale : Peut être déclenchée suivant plusieurs facteurs : par la pénétration d’un intrus dans le champ d’isolement ou le champ d’activité sans la permission du chat / lors de l’arrivée d’un nouveau congénère ou lorsque l’un des deux félins a atteint son développement sexuel / lors du retour d’un des chats de la maison (hospitalisation, pension ou autres situations où le chat porte des odeurs inconnues) qui était pourtant bien accepté par l’autre avant son départ. Un nombre de chats trop élevé dans un environnement trop exigu où chacun ne peut pas recréer ses espaces à vivre.

***L’agression par irritation : se distingue en trois catégories : L’agression liée à la douleur, L’agression liée à l’intolérance de contact nommé syndrome du chat « caressé- mordeur » (seuil de tolérance à la caresse très réduite poussant le chat a agressé sa victime par exacerbation), L’agression liée à la faim nommé « syndrome du tigre » (le chat attaque son propriétaire lors de la préparation de sa gamelle. Cette agressivité est due à une irrégularité dans la répartition des repas).

De ce fait, toute son organisation minutieuse sera déstructurée et le chat perdra les repères qui lui sont chers. Il aura tendance à se cacher dans un recoin de la maison pendant plusieurs jours, sans manger ni boire. Il lui faudra plusieurs semaines avant de se sentir de nouveau « à l’aise » dans son lieu d’habitat et d’y circuler librement.

Le changer d’environnement n’est pas infaisable, il faut juste s’y prendre à l’avance, être patient et être compréhensif à son égard :

Si vous avez la possibilité d’obtenir les clefs de votre nouveau logement plusieurs jours avant votre déménagement et que votre chat ne soit pas « hystérique » à la vue de sa caisse de transports, vous pouvez l’emmener avec vous pendant quelques jours et durant quelques heures afin de lui permettre de prendre connaissance de son futur territoire. De plus, il est courant d’y faire quelques aménagements ou de procéder à un nettoyage de printemps avant une installation définitive… profitez de ce laps de temps pour lui permettre de s’adapter en douceur.

Facilitez-lui la vie en investissant dans des phéromones de synthèses apaisantes comme le diffuseur. Feliway® que vous diffuserez dans toutes les pièces de la maison et /ou un complément alimentaire comme le Zylkène® composé de protéines de lait, naturel, qui aide votre animal de compagnie à faire face aux situations déstabilisantes (déménagement, départ en vacances, arrivée d’un enfant dans le foyer…). Il peut être donné sur de longue durée sans risque pour votre animal et cumulé avec le diffuseur de phéromones.

Image3 (1)Si vous voyez qu’il est complètement angoissé, privilégiez dans un premier temps une pièce calme dans un espace réduit (buanderie, salle de bains, chambre) avec ses effets personnels (litière, gamelles, jouets, couchage) car il est plus aisé pour lui de commencer à marquer une zone restreinte.

Dès lors que votre chat commencera à imprégner de phéromones les personnes circulant dans cette pièce ainsi que les meubles ou autres objets, vous pourrez envisager l’ouverture de la pièce et le laisser (s’il s’y se sent prêt) à déambuler dans le reste de l’habitat.

À partir de cette étape, logiquement une quinzaine de jours suffisent pour que le chat se lance dans l’exploration de son nouvel environnement. Il se sentira plus en confiance, car la première pièce où il aura été confiné sera devenue son refuge pour fuir en cas de danger ou d’inconfort pour lui.

Quand vous l’observerez à identifier chaque recoin de la maison pendant des heures voire pendant trois semaines, surtout ne le déranger pas et laisser le tranquille car il peut manifester durant cette période transitoire une humeur hostile…

Image4 (1)Si vous possédez un jardin et que vous souhaitiez que votre chat puisse en profiter, allez-y en douceur surtout si c’est une première pour lui. Commencez d’abord par de courtes promenades munies d’un harnais et d’une longe le temps qu’il apprivoise les bruits environnants.

Ensuite, une fois habitué à l’extérieur, le but sera de le faire revenir. Prenez l’exemple du repas en agitant le paquet de croquettes ou autres friandises tout en l’appelant afin qu’il fasse la liaison entre le retour de ses promenades et la nourriture.

Bien entendu, avant d’autoriser votre animal à avoir accès à l’extérieur, vous aurez changé les coordonnées de son identification (électronique) auprès de votre vétérinaire !

En conclusion :

Image5En général, tout se joue dans une bonne préparation et une bonne organisation ! Ne le négligez-pas, car c’est dans cette période difficile pour lui qu’il aura besoin de toute votre attention :

  • Surveillez-le bien (mais de loin).
  • Veillez à ce qu’il s’alimente de façon normale (excepté les deux-trois premiers jours, c’est normal).
  • Que son comportement reste inchangé de façon générale (hormis le fait de ne pas le déranger durant son exploration environnementale).
  • Qu’il ne reste pas prostré, malpropre ou dormant plus que la normale au-delà du délai de trois semaines après l’emménagement, etc.……

 

Si vous voyez votre animal dépérir, consulter sans tarder votre vétérinaire.

 

Dounia de Psycho 4’ pattes

Psycho 4’ pattes

http://psycho4pattes.com/

 

Partager.

Les commentaires sont fermés